22 mai 2014

Affichage de marques en anglais et Charte de la langue française : le doute plane encore !

Le 9 avril dernier, la Cour supérieure du Québec déclarait que les entreprises dont la marque est enregistrée uniquement dans une autre langue que le français pouvaient l’afficher seule, notamment sur la devanture de leurs magasins, sans y ajouter un terme générique français (par exemple, « magasin » ou « boutique »).
Rappel des faits
 
La décision de la Cour supérieure semblait mettre un terme à une pratique entreprise par l’Office québécois de la langue française (« OQLF ») depuis quelques années. En effet, depuis un certain temps, l’OQLF requérait de plusieurs commerçants l’ajout d’un terme générique en français à leurs dénominations (par exemple Best-Buy et Gap) affichées uniquement dans une autre langue.
 
Selon la Charte de la langue française, l’affichage public doit se faire en français, soit de façon exclusive, soit de façon nettement prédominante. Dans le cas spécifique des noms commerciaux, un terme générique français doit être ajouté à tout nom commercial affiché dans une autre langue. Cette règle sur l’affichage en français comporte cependant une exception pour les marques de commerce: lorsque seule une version de la marque dans une autre langue que le français a été enregistrée, il n’est pas nécessaire de traduire la marque ou d’y ajouter un terme générique en français.
 
Ainsi, au soutien de sa position, l’OQLF prétendait qu’une dénomination affichée sur la devanture d’un magasin s’assimilait davantage à un nom commercial, plutôt qu’à une marque de commerce. Dans ce contexte, plusieurs détaillants (Best Buy, Costco, Gap, Old Navy, Guess?, Wal-Mart et Curves) ont demandé à la Cour supérieure de trancher la question, ces derniers souhaitant se prévaloir de l’exception applicable aux marques.
 
Décision de la Cour supérieure
 
Selon la Cour supérieure, les dénominations en cause étaient des marques enregistrées uniquement en une autre langue et, de ce fait, bénéficiaient de l’exception applicable aux marques. Par conséquent, ne s’agissant pas de noms commerciaux, il n’était pas requis d’ajouter un terme générique français.
 
Le doute plane encore
 
Le Procureur général disposait d’un délai de 30 jours pour en appeler de la décision de la Cour supérieure. C’est maintenant chose faite : le gouvernement du Québec vient en effet de déposer une inscription en appel.
 
Le doute plane donc pour les propriétaires d'entreprises quant aux exigences en matière d'affichage de leurs dénominations au Québec, et ce, à tout le moins jusqu'à ce que la Cour d’appel du Québec tranche la question. Une affaire à suivre…



Saviez-vous que...

Certaines industries sont réglementées par des normes qui leurs sont spécifiques. Par exemple, des règles spécifiques s’appliquent à la publicité faite dans le domaine bancaire, pharmaceutique, automobile et alimentaire.

Conférences

Autres conférences

Publications

30 mars 2015

Congratulations! you've been selected to receive a free cruise to the Bahamas!

Pendant plusieurs années, l’entreprise floridienne Consolidated Travel Holdings Group a inondé les lignes téléphoniques de Canadiens et d’Américains en effectuant plus de 3000 appels automatisés par minute, afin de leur annoncer qu'ils avaient gagné une croisière « gratuite » aux Bahamas.

Autres publications

En savoir plus

Pour toute question, n’hésitez pas à nous joindre

Legault Joly Thiffault (LJT) Avocats
Centre de Commerce Mondial
380, rue Saint-Antoine Ouest, bureau 7100
Montréal (Québec) H2Y 3X7
Tél. : 514 842-8891 Téléc. : 514 842-6202
Courriel : info@ljt.ca

Brochure d'entreprise

Brochure d'entreprise

Pour plus d'informations relativement à notre cabinet, ses membres et ses services, consulter notre brochure d'entreprise.

Voir le PDF(1411Ko)